Russie – sanctions : les Occidentaux durcissent le ton, Moscou réplique

Jeudi 20 mars, les États-Unis et l’Union européenne ont annoncé de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie en réaction au rattachement de la Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie. Moscou a, de son côté, établi une liste noire sanctionnant des dirigeants américains.

Crédits : cyprus-mail
Crédits : cyprus-mail

Des proches de Poutine dans le viseur des États-Unis

Jeudi 20 mars, les États-Unis ont ajouté vingt nouveaux citoyens russes à la liste noire de onze Russes déjà sanctionnés établie lundi 17 mars, indique le ministère américain des finances. Les personnes visées – hauts fonctionnaires, hommes d’affaires et parlementaires proches du président russe – font à présent l’objet de restrictions de visas et de gels des avoirs.

Il s’agit notamment d’Arkadi et Boris Rotenberg, à qui Poutine avait confié des contrats d’une valeur de 7 milliards de dollars pour les Jeux olympiques de Sotchi, et des responsables du groupe public Gazprom, note le ministère.

L’homme d’affaires russe Guennadi Timtchenko, également visé par les sanctions, avait vendu ses parts dans l’entreprise du groupe pétrolier Gunvor mercredi 19 mars afin de ne pas porter préjudice à l’entreprise en cas de sanctions.

Iouri Kovaltchouk, actionnaire principal de la banque Rossiya et « banquier personnel » des fonctionnaires russes de haut rang et notamment du président Poutine, selon le ministère américain, est également frappé par les sanctions américaines. Vendredi 21 mars, les systèmes de paiements internationaux Visa et Mastercard ont par ailleurs cessé, sans préavis, de fournir leurs services aux clients de Rossiya, rapporte la banque dans un communiqué.

Vladimir Poutine a réagi avec humour à ces sanctions en promettant « qu’il n’avait aucun compte personnel dans cette banque, mais qu’il allait absolument en ouvrir un dès lundi ».

Les hommes d’affaires ont aussi réagi avec ironie à ces sanctions.Timtchenko et Arkadi Rotenberg voient dans la conduite des États-Unis « une reconnaissance indirecte de services rendus à l’État russe », écrit jeudi 20 mars l’agence Interfax.

L’UE sur les talons des États-Unis

L’Union européenne à emboîté le pas aux États-Unis et annoncé également de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie à l’occasion du sommet européen consacré à la question ukrainienne, qui s’ouvrait jeudi 20 mars à Bruxelles.

L’UE décide ainsi de passer à la « phase 2 » des sanctions contre la Russie : elle a ajouté 12 noms à sa liste noire de 21 responsables russes et ukrainiens pro-russes déjà sanctionnés lundi 17 mars, comme le Premier ministre de Crimée Sergueï Axionov et le commandant de la Flotte russe de la mer Noire Viktor Tchirkov. La liste noire européenne comprend désormais 33 noms et serait assez similaire à celle publiée par les États-Unis, à déclaré le président français François Hollande, jeudi 20 mars. Cette liste n’a pas encore été publiée officiellement.

Selon le président français, la Commission européenne a été chargée de préparer de « possibles mesures ciblées » visant l’économie nationale russe, bien que les dirigeants européens n’aient pas décidé pour le moment de passer à la « phase 3 » des sanctions, qui aurait des répercussions aussi sur l’économie européenne.

L’Union européenne est d’ailleurs divisée face à l’instauration de ces sanctions. Des pays comme l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne se sont opposés à l’adoption de sanctions plus sévères dans la situation actuelle. Le Premier ministre belge Elio Di Rupo a notamment mis en garde les pays de l’UE : « Il ne faudrait pas que nous nous précipitions vers un système où tout le monde perd « , a-t-il déclaré, soulignant que « trouver une solution politique est une priorité ».

Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a déjà annoncé l’annulation du prochain sommet UE-Russie, prévu le 3 juin.

Moscou contre-attaque

La Russie s’est retrouvée dans l’obligation de réagir face à ces sanctions imposées par les États-Unis et l’Union européenne. Jeudi 20 mars, Moscou a ainsi adopté ses propres sanctions contre des responsables américains.

La liste noire russe comprend neuf responsables politiques américains : les conseillers du président Caroline Atkinson, Daniel Pfeiffer et Benjamin Rhodes, le chef de la majorité démocrate au Sénat Harry Reid, le chef républicain de la Chambre des représentants du Congrès US John Boehner, le président de la commission des affaires étrangères au Sénat, Robert Menendez et les sénateurs John McCain, Mary Landrieu et Daniel Coats.

Pour le moment, la liste russe ne comprend pas d’hommes d’affaires ou dirigeants de groupes américains.

Rappelons que ces sanctions interviennent suite à la signature, ce mardi 18 mars, du décret qui rattache la Crimée et la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie. La Douma, la chambre basse du parlement russe, a ratifié ce jeudi 20 mars l’accord sur l’adhésion de la république de Crimée et de Sébastopol à la Fédération.

5 commentaires

  1. Les occidentaux doivent comprendre que le monde entier est fatigue de le voir detruire ses populations en Irak,enTunisie, en Egypte, en Lybie enlever illegalement les presidents élus par le peuple.
    Les occidentaux ( les USA, l’UE ) savent que les populations de ces pays continuent à vegeter dans la souffrance causée par ces puissances dominatrice du monde. Tout est legal devant l’europe en bombardant la Libye ou l’Irak mais illegal en voulant supporter les populations d’Ukraine contre le fascisme Nazi ; Il nous revient de comprendre que ces occidentaux supportent le terrorisme ;les fascistes occidentaux formés par eux en Ukraine.Suivant les conventions juridiques des nations unies le president Ianoukovich est et reste le president légitime élu à par le peuple Ukrainien. Celui que l’occident a mis en place est illegal car le peuple ne le reconnait pas; Si toute personne pourait prendre le pouvoir quand il veut par la force ,pourquoi certains qui l’ont fait dans d’autres coins du ,m onde ont été rejetés par les memes occidentaux, comme au Mali; en Guinee, ? La France ne peux pas regler les conflits en Afrique par l’intermediaire de l’UA . Tout se decide entre eux puissaces occidentales pour aller bombarder les pauvres populations africaines de cote d’Ivoire ou de Lybie
    Les USA laissent les conflits du continent américan pour venir creer des guerres en europe ou en afrique; Pourquoi Obama se jette pas cout d’oeil au Kenya pays cher à lui .? Ces sanctions que vous prenez contre la Russie vont se tourner vers vous les occidentaux car Dieu voit tout et va vous les payer par des sanctions exemplaires;. Et celà dans les jours à venir . L’injustice occidental est remarquable aux yeux de tout le monde: La Crimée a droit à s’en fuire devant les nazis ; Tout le monde voit le comportement agressif de ces ultranationalistes frappant la table avec avec armes en main ( couteaux, Kalachinikof pour menacer et tuer les gens dans les bureaux ou dans les rues de Kiev . C’est la volnté de l’occident car ils appelent celà democratie à la forme occidentale. Tout se paiera ici bas . Dieu est Puissant ,Fort et seul est la verité. Jacques

  2. Ces sanctions occidentales ne tiennent pas bien debout devant le droit iinternational par rapport a la convention de l’ONU a l’autodetermination des peuples, et par rapport aux passés des activités des occidentaux en Irak; en Lybie; en Egypte; etc;;; Pourquoi ils ont le droit de bombarder et faire la guerre où ils veulent et la russie ne doit pas proteger ses cocitoyens. la où ils sont ménacés? Injuste de la part de l’occident.

  3. tant que le coté russe n’offrira pas un système de paiements internationaux « alternatif » , il sera difficile de lancer des actions comme résilliation client visas et mastercard pour protester contre les méthodes social(o) djihadistes des euro américains , sans compter le gachis durée , le temps , un facteur qui compte dans les démélés…

  4. Les occidentaux ont pêché au Kosovo . Les occidentaux doivent faire leur devoir de conscience , de mémoire et se taire pour la Crimée qui a voté démocratiquement pour rejoindre la Russie .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *