Crimée : 96,77 % des électeurs pour le rattachement à la Russie

Selon les résultats définitifs, 96,77% des électeurs ayant pris part au référendum sur le statut de la presqu’île ukrainienne de Crimée ont voté en faveur de son rattachement à la Russie, a annoncé lundi 17 mars le président de la commission chargée de la tenue du plébiscite, Mikhaïl Malichev.

« 1 233 002 personnes, soit 96,77% des électeurs se sont prononcés en faveur du rattachement de la Crimée à la Russie en qualité de sujet fédéral », a indiqué le fonctionnaire lors d’une conférence de presse à Simféropol, ce 17 mars. À l’en croire, le taux de participation a atteint 83,1%.

À l’annonce de ces résultats, l’ambiance était à la fête à Sébastopol, où les habitants se sont rassemblés sur la place Nakhimov pour célébrer leur victoire.

Le medjlis [organe représentant de la communauté, ndt] du peuple tatar de Crimée, ethnie minoritaire sur la péninsule et majoritairement pro-ukrainienne, a lancé un appel à l’Organisation internationale de la coopération islamique afin que celle-ci intervienne en Crimée, indique le service russe de la BBC.

Le chef de la Communauté des musulmans de Russie, Talgat Tadjudin a, en revanche, exprimé son soutien à la décision de la population de la république autonome : « La Russie a une triple responsabilité envers la population de Crimée – spirituelle, en tant que voisin, et en tant que parent », a-t-il déclaré.

Les autorités russes ont déjà reconnu le référendum comme étant légitime. Le vice-président de la Douma Sergueï Narychkine a ainsi promis que la Chambre basse du parlement russe examinerait la question du rattachement de la Crimée à la Russie dès que possible, rapporte l’agence Interfax.

Au niveau international, la Chine a appelé toutes les parties impliquées dans le conflit ukrainien à « garder leur calme et faire preuve de retenue pour éviter une escalade des tensions dans le pays » et a par ailleurs assuré Moscou de son soutien. Elle s’est ainsi abstenue lors du vote au Conseil de sécurité de l’ONU sur une résolution condamnant le référendum en Crimée.

Les États-Unis et l’Union européenne ont, quant à eux, déclaré le référendum irrecevable, et les ministres des Affaires étrangères européens sont en ce moment réunis pour décider de sanctions à l’encontre de Moscou.

Pour mémoire, ce référendum sur le statut de la Crimée a été organisé à l’initiative des dirigeants de la république autonome, qui ont refusé de reconnaître la légitimité du nouveau gouvernement de Kiev. Les habitants de la péninsule étaient appelés à répondre à la question de savoir s’ils voulaient rejoindre la Russie ou rester un État autonome au sein de l’Ukraine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *