Ukraine : la Russie se déclare prête à aider la Crimée

Alors que le Premier ministre russe Dmitri Medvedev exprimait sa défiance vis-à-vis du gouvernement provisoire ukrainien, la Russie a envoyé une délégation parlementaire en Crimée le 24 février.

Le port de Sébastopol. Crédits: crimea.ua
Le port de Sébastopol. Crédits: crimea.ua

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a exprimé sa défiance vis-à-vis du gouvernement provisoire ukrainien, lors d’une conférence de presse, à Sotchi, le 24 février. « Nous ne serions prêts à reprendre nos relations économiques avec l’Ukraine que dans le cas où elle se doterait d’un pouvoir légitime, fondé sur la Constitution, a-t-il déclaré. Si on considère que des gens qui se baladent dans Kiev en masques noirs et avec des kalachnikovs sont le gouvernement, alors il nous sera difficile de travailler avec lui. »

Pour M. Medvedev, la reconnaissance du gouvernement provisoire ukrainien par certains pays ne serait que le résultat d’un « détournement des faits ».

Le même jour, une délégation parlementaire russe, dirigée par le président du comité de la Douma pour les affaires de la CEI Leonid Sloutsky, est arrivée à Simferopol, capitale administrative de la république autonome ukrainienne de Crimée. M. Sloutsky a confié à RIA Novosti que la Russie était en train de mettre en place des mesures concrètes d’encadrement des familles ukrainiennes qui ne souhaitent pas se détacher de la langue russe.

Le lendemain, des journaux ukrainiens, citant la page Facebook du journaliste local de Novyi Kanal Oleg Krioutchkov, ont écrit que la Russie serait prête à délivrer des passeports russes aux résidents de Crimée et à examiner rapidement une éventuelle demande d’annexion de la république au territoire russe. Ces informations n’ont toutefois pas été confirmées officiellement.

Pour mémoire, l’abolition du statut de langue régionale protégée pour le russe, votée par le Parlement ukrainien le 23 février, a instantanément provoqué une vague de manifestations dans toute la partie russophone de l’Ukraine. C’est à Sébastopol que la tension a été le plus fortement ressentie, où plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont élu un nouveau maire (à la place de Vladimir Yatsouba, nommé par Kiev), l’homme d’affaires russe Alekseï Tchaly, et où le drapeau tricolore russe orne désormais la façade de la mairie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *