Dimitri Trunenkov, Alekseï Negodaïlo, Alekseï Voevoda et Alexandr Zubkov – Médaille d’or en bobsleigh à quatre

Dimitri Trunenkov (19/04/1989), Alekseï Negodaïlo (28/05/1989), Alekseï Voevoda (09/05/1980)  et Alexandr Zubkov (10/08/1974) – médaille d’or en bobsleigh à quatre

Les bobeurs russes avaient mis toutes les chances de leur côté pour offrir à la Russie un maximum de médailles aux JO de Sotchi, et ils ont tenu leur promesse : deux médailles d’or, une en bobsleigh à deux, remportée par Alexandr Zubkov et Alekseï Voevoda, et une en bobsleigh à quatre, décrochée par ces mêmes champions accompagnés de Dimitri Trunenkov et Alekseï Negodaïlo.

Aux JO de Vancouver en 2010, l’équipe de bobsleigh à quatre, composée notamment de Zubkov et Trunenkov, avait subi un revers et abandonné la compétition suite à un accident sur la première descente : la poignée de commande s’était cassée et le bob s’était retourné.

Par la suite, les relations personnelles s’étaient tendues entre Zubkov et Voevoda. Mais pour Sotchi, les athlètes ont décidé de mettre leurs différends et mauvais souvenirs de côté pour s’unir et former la meilleure équipe de bobsleigh qui soit, aussi bien à quatre qu’à deux.

C’est en effet Dimitri Trunenkov qui, au départ, devait être le coéquipier de Zubkov en bobsleigh à deux pour Sotchi. Mais les entraîneurs ont décidé de le remplacer par Alekseï Voevoda, en meilleure forme, comme l’admet volontiers Trunenkov : « L’année dernière, j’avais fait énormément d’efforts pour participer aux épreuves de bobsleigh à deux et à quatre. Et, à la fin de la saison, je ne m’étais quasiment pas reposé et j’avais repris directement l’entraînement. Ensuite, je me suis blessé et j’ai perdu ma condition physique. Je le dis donc honnêtement : Alekseï était mieux préparé que moi. C’est pourquoi j’ai accueilli cette décision sereinement même si, au fond, j’étais un peu inquiet. Mais le résultat est évident, et je suis très heureux pour les gars. »

Alekseï Negodaïlo est le petit dernier de la bande : ce jeune athlète de 24 ans n’a rejoint l’équipe nationale qu’en 2011. Voevoda parle d’« Aleks » comme d’ « un bon gars, sans arrogance ni pathos. Mais en même temps, on sent qu’il a l’étoffe d’un champion. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *