Kadyrov prêt à soutenir « le peuple frère ukrainien »

Le président de la République de Tchétchénie a promis de protéger ses compatriotes vivant en Ukraine . Selon lui, les Tchétchènes ont de sérieux problèmes «concernant leur sécurité personnelle et celle de leurs entreprises », a-t-il fait savoir sur son compte Instagram le 26 février.

Instagram Ramzan Kadyrov. Kadyrov prêt à soutenir « le peuple frère ukrainien ». Le président de la République de Tchétchénie
Compte Instagram de Ramzan Kadyrov

Ramzan Kadyrov a souligné que différents groupes nationalistes ukrainiens essayaient « de s’emparer non seulement des entreprises mais aussi des biens gagnés par le travail honnête de Tchétchènes qui vivent et sont citoyens de l’Ukraine. »

A travers son compte Instagram, le leader tchétchène a ainsi donné sa vision de la situation en Ukraine : « C’est un coup d’état planifié par l’Ouest. Le pouvoir a été pris par des bandits et des terroristes. S’il est nécessaire, nous viendrons au secours de ceux qui ont été trompés et humiliés par les terroristes formés à l’Ouest et nous les aiderons à se relever ».

Kadyrov a posté ce commentaire après qu’une centaine de Berkouts, les forces spéciales ukrainiennes, se sont agenouillés sur scène afin de demander pardon à la population de Lviv pour les violences commises durant le mouvement de protestation qui sévissait en Ukraine depuis fin novembre 2013. Mercredi 26 février, le ministre de l’Intérieur par intérim Arsen Avakov avait annoncé la dissolution des forces spéciales ukrainiennes.

Répondant aux questions des journalistes mercredi 26 février à Grozny, Kadyrov a également déclaré que les Tchétchènes ne pouvaient pas « regarder en silence » les Berkouts se repentir alors que des affrontements ont lieu en Crimée entre des séparatistes pro-russes et des Tatars pro-ukrainiens. Il s’est dit prêt à envoyer des soldats en Ukraine pour protéger et défendre les intérêts des « Tchétchènes, Kazakhs et autres Russes ».

Rappelons que les Tchétchènes ont lutté pour leur indépendance lors de deux guerres dans les années 1990 et 2000, jusqu’à ce que Moscou mette un terme au conflit et installe un gouvernement pro-russe que Kadyrov dirige à présent.

3 commentaires

  1. Kalimero, tu dois le dire à Kadyrov. Moi je ne suis pas un politicien qui ment à son peuple pour aller faire la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *