Le ministre de l’Intérieur ukrainien dénonce une invasion militaire en Crimée

Après l’occupation des aéroports de Sébastopol et Simferopol par des hommes armés, le ministre de l’Intérieur ukrainien Arsen Avakov pointe du doigt la Russie.

Aéroport de Sébastopol
Aéroport de Sébastopol

« Je considère que ce qui s’est passé est une occupation armée qui viole les accords et règlements internationaux  », a dénoncé, vendredi 28 février Arsen Avakov sur sa page Facebook.

Cette déclaration fait référence à deux événements ayant eu lieu dans la nuit du 27 au 28 février : le blocage de l’aéroport de Sébastopol par des hommes armés qui appartiendraient selon le ministre de l’Intérieur ukrainien aux forces navales russes, et à l’occupation de celui de Simferopol, orchestrée par des individus « de Russie »,  à en croire plusieurs témoignages.

Le service de presse de la flotte russe a pour sa part affirmé, vendredi matin, n’avoir investi aucun aéroport, ni pris aucune autre mesure dans la ville, indique l’agence Interfax. 

Rappelons qu’une trentaine d’hommes armés en uniforme occupent toujours, depuis jeudi 27 février, les bâtiments du gouvernement régional et du Parlement de Crimée, à Simferopol. Les assaillants, à en croire un informateur de l’agence de presse Interfax, seraient des membres d’un groupe d’autodéfense de la population russophone de Crimée. Réunis en séance extraordinaire, les députés régionaux ont limogé en fin d’après-midi, le Premier ministre Anatoli Moguilev, en poste depuis l’automne 2011, et fixé au 25 mai la tenue d’un référendum sur l’élargissement des pouvoirs de la république autonome de Crimée.

La ville de Simferopol est le théâtre d’une vague de contestation depuis mardi 25 février : pour mémoire, l’abolition du statut de langue régionale protégée pour le russe, votée par le Parlement ukrainien le 23 février, a instantanément provoqué une vague de manifestations dans toute la partie russophone de l’Ukraine.

Région peuplée principalement de russophones, la Crimée a été rattachée à l’Ukraine en 1954 sur ordre de Nikita Khrouchtchev à l’occasion du 300ème anniversaire de la réunification de la Russie et de l’Ukraine. Après la chute de l’URSS en 1991, la Crimée est restée au sein de l’Ukraine, mais a reçu le statut de région autonome.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *