Les chiffres de la semaine du 14/02 – Sotchi : 250 000 dollars pour chaque médaillé d’or kazakh

Chaque vendredi, tous les chiffres qui ont marqué la semaine.

Lundi 10 février – 250

chiffres semainesC’est, en milliers de dollars, la somme que pourraient recevoir chaque médaillé d’or kazakh des Jeux olympiques de Sotchi. Le Comité olympique du Kazakhstan est, en effet, celui qui se montre le plus généreux avec ses athlètes. La Russie n’offre, de son côté, que 113 200 dollars pour une médaille d’or – ce qui est tout de même plus que les athlètes français, qui en reçoivent 69 000. Certains athlètes ne reçoivent aucune rémunération : c’est le cas au Royaume-Uni, en Norvège, en Suède ou en Croatie.

Le gouvernement sud-coréen a, quant à lui, mis en place un programme d’incitation, qui promet l’or à 62 000 dollars. Les athlètes sont invités à choisir entre recevoir l’argent tout de suite ou convenir d’une « retraite olympique ». Les sportifs sud-coréens choisissent généralement la seconde option.

 

Mardi 11 février – 550

chiifres semaine 10 medaillesC’est, en dollars, le prix de vente d’une médaille d’or des JO de Sotchi. Ce faible coût est lié aux matériaux qui la composent : la médaille est faite en argent et non en or. Si la récompense avait été coulée dans l’or, sa valeur sur le marché serait d’environ 21 000 dollars. Les experts évaluent la médaille d’argent à 310 dollars et celle de bronze, faite d’un mélange de cuivre, de zinc et d’étain, à trois dollars et 25 cents. Les derniers Jeux olympiques lors desquels les athlètes ont reçu des médailles d’or en or furent ceux de 1912, à Stockholm.

 

Mercredi 12 février – 71

chifresC’est, en pourcentage, le taux de Russes ne possédant pas de compte épargne, indique une enquête menée par la fondation Opinion publique, réalisée le 2 février sur la base d’un échantillon de 1500 personnes dans 43 régions russes. Parmi ceux qui n’ont pas d’épargne à la banque, 38 % des Russes conserveraient leurs économies en roubles, 11 % en euros et 10 % en dollars. 8 % des sondés préfèrent garder leurs économies en valeur autre que de la monnaie. Alors que le rouble connaît actuellement une forte baisse, 57 % des sondés ne suivent pas le cours de la devise, contre 41 % qui le suivent. 57 % pensent par ailleurs que la croissance du cours du rouble est favorable à l’économie russe.

 

Jeudi 13 février – 1

1C’est, en million, le nombre de voitures que la Russie exportera par an d’ici quelques années. L’exportation de voitures russes sera ainsi multipliée par sept, selon le réseau mondial du service d’audit KPMG. 44 % des personnes interrogées, parmi les acteurs du marché, estiment que le cap du million sera atteint d’ici 3 à 5 ans, et 33 % tablent sur 6 à 9 ans. En 2013, 142 600 voitures russes ont été exportées, la majorité – 88 000 environ – vers le Kazakhstan. Les exportations augmenteront grâce à la construction en Russie de nouvelles usines de fabricants mondiaux. AvtoVAZ restera le plus gros exportateur russe, aux côtés de  Hyundai/Kia, VW, Renault/Nissan et GM.

 

Vendredi 14 février – 55

55C’est, en pourcentage, le taux de Russes qui condamnent « les citoyens radicaux qui jettent des pierres et des cocktails Molotov » lors des manifestations en Ukraine, indique une enquête du VTSIOM (Centre russe d’analyse de l’opinion publique), menée les 1er et 2 février auprès d’un échantillon de 1600 personnes dans 42 régions de Russie. 26 % des sondés ressentent de l’antipathie pour ces manifestants radicaux ukrainiens, 15 % trouvent leurs actes « décevants », et seuls 1 % éprouvent pour les activistes de la « sympathie »  et du « respect ». 59 % des personnes interrogées estiment en outre que les forces spéciales ukrainiennes Berkout qui « repoussent les manifestants radicaux de Kiev » ne font que « leur travail et leur devoir ». Le politologue Georgui Tchijov reproche tout de même à l’enquête une « formulation biaisée » des questions.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *