Сonversations moscovites : de quoi parlait-on pendant les soldes de fin d’année ?

Pour Bolchoï Gorod, Anna Bechkina a passé une journée dans des centres commerciaux, à écouter les conversations des acheteurs.

soldes

« Je voulais l’amour, et ça a fini comme d’habitude : des tasses dans toutes les pièces, fais le ménage et le repassage. Et bon, bref, je lui dis : « allez, ramasse tes petites affaires et barre-toi » Eh bien, tu le crois – il a fallu attendre encore deux jours qu’il transporte son barda. Il a plus de fringues que moi, en fait ! »

« Je voulais m’inscrire au yoga avec elle, je vais sur Vkontakte (réseau social russe) pour écrire à l’entraîneur, mais elle, elle m’avait supprimée de ses amis, t’imagines ? Alors que nous nous sommes vues encore la semaine dernière ! Mais c’est bon, j’en veux pas, de son yoga. Elle m’a vraiment mise en boule ! »

« Oh tout ce peuple, ils sont combien, hein ? Qu’est-ce qu’ils ont tous bien pu oublier ici ? On dirait qu’une pénurie de sel va commencer demain et qu’il n’y en aura plus jamais. On vit au XXIè siècle, oui ou non ?! Bon, allez, Tolya, file vite chercher du papier toilette et du gruau. Mais le sarrasin, tu prends le moins cher, parce que celui de la dernière fois… On n’est quand même pas millionnaires. Et pendant ce temps, moi, j’achète la lessive. On se retrouve à la deuxième caisse, je me mettrai dans la queue. »

« Elle se tient, là, cette dinde, et elle explique qu’elle part en Égypte pour le Nouvel An. Elle  y va chaque année. Ça fait déjà quatre ans, elle dit, qu’on fête la nouvelle année dans un hôtel cinq étoiles. C’est pas une idiote, franchement ? Ça nous plaît, elle dit, d’aller chaque fois dans le même endroit. Ils ont pas de fantasmes, ou quoi ? Elle dit que là-bas, ils mettent même un sapin. J’avais tellement envie de dire : « C’est pour des débiles comme toi, qu’ils le mettent, pour vous plumer encore quatre fois plus fort. »

« Je ne sais pas qui a dit que la broderie calme les nerfs. Je me suis acheté un genre de canevas, une fois. C’est tout juste si je ne l’ai pas mis en pièces. Il faut faire tout très soigneusement, là-dedans, mais moi, j’ai pas les mains pour ça. Ce stress ! »

« À l’école de Macha, il y a genre quelqu’un qui a mis une bombe. Bon, ils ont été évacués de l’école et renvoyés chez eux. Elle arrive en larmes. Je lui demande : « Qu’est-ce que t’as à pleurnicher ? Vous avez raté les cours, et puis Dieu merci » Et elle, elle me fait : « Na-a-aan, mon cartable est resté à l’école, comment je vais faire mes leçons, maintenant ? » C’est quand même une génération assez abrutie, qui pousse en ce moment. »

« Papa lui a acheté une voiture, maman a loué l’appartement. Tonton l’emmène avec lui en vacances. Il vit comme un roi, tu comprends. Tout raffiné, comme ça, léché. Non, moi, j’estime que les comme lui, ils doivent obligatoirement aller faire leur service militaire. Qu’on leur montre, au moins, que les toilettes, ça ne se lave pas tout seul. »

« Oh, mais c’est juste impossible de vivre à Moscou. Tout est cher, il y a du monde partout. Tiens, c’est quoi, ces soldes, là ? Oh, Lena, viens on va se bousculer aussi, c’est forcément pas pour rien que les gens s’y entassent. »

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *