L’Académie des Sciences relie le ciel et la terre

L’Académie russe des Sciences occupe l’un des bâtiments les plus surprenants de Moscou : situé sur le Mont des Moineaux, il domine la ville et peut être aperçu de presque n’importe quel point un peu surélevé. Il a été construit entre 1980 et 1988 par un groupe d’architectes mené par le président de l’Académie russe d’architecture, Iouri Pavlovitch Platonov.

Cet ensemble allie une certaine idée du style constructiviste et un romantisme propre à son créateur. Ses volumes carrés et rectangulaires rappellent certaines constructions du début du XXème siècle, de même que le souci d’élever un édifice répondant à des « lignes fonctionnelles » prédéfinies. L’Académie des Sciences devait y trouver des bureaux, des salles de réunion et de session, une atmosphère propre au bouillonnement scientifique – d’où la conception du bâtiment comme un « carré rond », selon les termes employés par Iouri Platonov lui-même : le visiteur peut passer sans sortir de l’un à l’autre des blocs formant l’ensemble.

L’architecte a joué avec les formes mais aussi avec les matières : les hauts bâtiments en marbre blanc de l’Oural sont couronnés de structures cubiques dorées et ouvragées, purement décora-tifs. « A cet édifice aux couronnes dorées, j’ai donné la même signification qu’à nos églises. C’est le même dialogue entre la terre et le ciel, auquel rêvent tant d’hommes. En réalisant ces couronnes selon une géométrie et une tectonique tout à fait nouvelle, j’ai inclus un sens identique à ces tambours octogonaux : nous sommes dans un temple à la Science, » expliquait-il dans une interview. En cela, le bâtiment de l’Académie des Sciences dialogue aussi avec l’ensemble architectural du monastère Andreevski, situé sur une pente boisée en face du nouvel édifice, et dont les coupoles traditionnelles, en bulbe d’oignon, s’élèvent elles aussi vers les cieux.

La construction du bâtiment de l’Académie des Sciences a été l’occasion d’un travail plus global sur le quartier : des ponts ont été déplacés (le vieux pont Andreevski, remplacé par un pont piéton), et le pont Krasnosloujski, mais c’est surtout la place d’où s’envole le monument à Iouri Gagarine, le célèbre cosmonaute russe, qui devait être totalement transformée. Sa reconstruction a finalement été remise à plus tard, avant d’être à nouveau dictée par l’apparition du troisième périphérique. Celui-ci redonna vie au quartier, et entre autres à l’Académie des Sciences. Son édifice, bien qu’achevé et prêt à l’emploi, n’avait jamais connu la vie excitante qu’avaient imaginée ses créateurs. Il accueillait essentiellement des bureaux. Ainsi, la grande salle de congrès, qui n’avait pas reçu l’équipement nécessaire à sa bonne utilisation (matériel audio, éclairage…) en a finalement été dotée, ce qui lui donne une nouvelle utilité et lui permet d’accueillir enfin congrès et spectacles, comme prévu.

  • Bâtiments construits par Iouri Platonov : Académie des sciences (1980-88), 14, Leninskiï Prospekt ; Maison principale de Green Hills, Andreïevskaïa naberejnaïa ; Pont en verre piéton, Place de Kiev.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *