Acou, le mélomane francophile

Qui a dit que la langue française était aujourd’hui passée de mode en Russie ? Il existe encore, malgré l’américanisation de la culture, des artistes qui choisissent la langue de Molière comme moyen d’expression. Acou, de son vrai nom Timour Moukanov, est l’un d’entre eux.

Depuis plusieurs années, ce Moscovite d’origine kirghize écrit, compose et interprète lui-même ses chansons, près d’une centaine au total, toutes écrites dans notre langue. Chanter en français, une idée saugrenue ? Pas tant que ça. A en croire Acou, « c’est la langue qui me permet d’exprimer au mieux mes sentiments dans mes chansons. Les traduire en russe ou en anglais les dénaturerait, leur ferait perdre leur sens premier ». Pourtant, le chanteur francophile n’a pas eu beaucoup l’occasion de pratiquer notre langue.

Né sous le régime soviétique, il a découvert la langue à l’école en étudiant L’Humanité, et Joe Dassin et Mireille Mathieu ont longtemps été ses uniques références musicales françaises. Par la suite, il a approfondi ses connaissances en français à l’université, mais ce sont surtout des amis français qui lui ont fait découvrir ses sources d’inspiration : Sardou, Moustaki et Gainsbourg. Musicien autodidacte, il s’accompagne, comme beaucoup de chanteurs « à texte », d’une simple guitare pour chanter ses titres.

Ses principaux thèmes ? L’amour bien sûr, la France, mais aussi le cinéma, une autre grande passion. Il raconte aussi des histoires plus difficiles, plus personnelles, comme la mort d’un de ses amis. Bien sûr Acou ne remplit pas encore les stades. Journaliste et interprète de profession, il débute dans la chanson. Cependant, ses textes simples mais malicieux, souvent drôles et émouvants, son langage à la fois hésitant et poétique, valent la peine d’être entendus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *