Rescapé et accusé de propagande gay, le bouc Timour se présente à la Douma

L’histoire de cette amitié improbable passionne depuis trois mois la Toile russe.


favorite 0

Le bouc Timour, désormais célèbre pour sa relation d’amitié avec le tigre Amour dans le parc safari du kraï du Primorié, va présenter sa candidature au poste de député du district fédéral extrême-oriental à la Douma d’État, a déclaré vendredi 29 janvier Dmitri Mezentsev, le directeur du parc animalier, cité par LifeNews.

Bouc Timour et le tigre Amour. Crédits : safaripark25.ru
Le bouc Timour et le tigre Amour. Crédits : safaripark25.ru

« Bien sûr, je sais que Timour ne produira pas beaucoup de résultats. Mais les députés qui siègent actuellement n’en produisent pas non plus. En revanche, Timour fera beaucoup moins de dégâts. Il ne ment pas, il ne vole pas et il ne parle pas pour ne rien dire », explique le directeur, soulignant que l’artiodactyle se présentera en tant que candidat indépendant.

M. Mezentsev pense en outre que Timour ne rencontrera aucune difficulté lors des votes. « S’il lève la queue, cela signifiera pour, s’il l’abaisse – contre, et si elle est parallèle au sol – abstention, a-t-il précisé, poursuivant, sur le travail des élus : Les députés ne sont pas responsables de leurs décisions ; Timour ne répond pas non plus des conséquences de ses actes. Il s’intégrera donc parfaitement au groupe. »

La Douma d’État n’a pas tardé à réagir à ces déclarations. « En notre qualité de députés, nous travaillons sur des lois destinées à des personnes. Si M. Mezentsev nous compare à des boucs, cela relève de son éducation », a commenté Alexandre Kourdioumov, vice-président du comité de réglementation et d’organisation du travail du parlement russe, cité par l’agence d’informations Rousskaï sloujba novosteï.

Le député se demande pourquoi M. Mezentsev ne compare pas plutôt Timour « au pouvoir exécutif ou au maire de sa ville », observant que le directeur du parc a choisi « les personnes les plus critiquées en Russie » – les députés de la Douma –, « prétendument responsables de tous les maux ».

« M. Mezentsev devrait se rendre dans n’importe quel hôpital psychiatrique du pays, où sont internés un très grand nombre de gens qui se prennent pour des députés. C’est sans doute à eux qu’il pensait », a-t-il conclu, amusé, ajoutant que les députés ne porteraient pas plainte pour cette offense.

Parallèlement, jeudi 28 janvier, Alexeï Krestianov, juriste à Novossibirsk, a demandé au procureur général d’interdire aux médias de parler de cette amitié inhabituelle entre le tigre et le bouc, qu’il considère comme de la « propagande de relations non traditionnelles ».

« Ces derniers temps, nos médias discutent en long et en large de la cohabitation non traditionnelle de ces deux animaux de sexe masculin dans le parc safari du Primorié – le tigre Amour et le bouc Timour. J’estime que la couverture positive de ce sujet n’est rien d’autre que de l’ingérence dans la vie privée des citoyens mineurs de Russie, autrement dit de la propagande cachée, pour promouvoir publiquement et activement l’homosexualité », écrit-il dans sa lettre, publiée par l’agence FlashSiberia.

Rappelons que le bouc Timour, servi comme déjeuner à Amour en novembre dernier, s’était lié d’amitié avec le tigre, à tel point qu’ils ont fini par partager le même enclos. L’histoire de cette amitié improbable passionne depuis trois mois la Toile russe. Cinq caméras ont même été installées dans l’enclos des deux animaux afin de permettre aux internautes de suivre leurs aventures en direct.

Jeudi 28 janvier, Amour et Timour ont toutefois vécu leur première dispute, obligeant les employés du parc à intervenir afin d’évacuer Timour, sain et sauf mais blessé à la tête et « sous le choc ».

Vendredi 29 janvier, M. Mezentsev a déclaré qu’afin de favoriser la remise sur pattes du bouc, l’administration du parc avait décidé de lancer un concours pour lui trouver une fiancée. Les propriétaires de chèvres du pays sont ainsi invités à envoyer des photos de leur animal, une de face et une de profil. À suivre.

Vidéo de la dispute