Ekaterinbourg, sur le pan asiatique de l’Oural, à 1 417 km à l’est de Moscou


favorite 12

L’artiste de rue Slava Ptrk a revisité les panneaux de sa ville natale et c’est encore lui qui explique le mieux son geste. Le Courrier de Russie a traduit le message qu’il a partagé le 6 avril sur Facebook.

« J’aime Ekaterinbourg. Je l’aime vraiment. Cette ville m’a façonné. Elle fait partie de moi et nous nous correspondons bien. Mais j’ai honte. J’ai honte d’Ekaterinbourg, de son apparence, de la façon dont les autorités s’occupent d’elle. Je pense que notre ville mérite mieux. Peut-être mérite-t-elle de meilleurs dirigeants que ceux qu’elle a maintenant.

Cette action n’avait pas pour but d’insulter ou d’offenser les citoyens. Il s’agit juste d’une constatation, il est temps d’appeler un chat un chat.

Il est plus juste d’appeler ce que je vois tous les jours « Salebourg », plutôt que belle et noble « Ekaterinbourg ». J’espère qu’un jour, la ville va se débarrasser de tous ces c*** qui ne sont pas capables de maintenir ne serait-ce que les rues propres, et que nous cesserons de nous renvoyer la faute les uns aux autres. Et que ce scandale ne sera bientôt plus qu’un horrible cauchemar. »

Crédits : Facebook de Slava Ptrk