Poutine place les entreprises stratégiques sous sa protection

Dans un décret du 11 septembre, le président Vladimir Poutine a placé sous le contrôle et la protection de l’État les entreprises russes considérées comme stratégiques et opérant à l’étranger. Cette décision intervient une semaine après que la Commission européenne a annoncé l’ouverture d’une enquête contre Gazprom pour entrave à la concurrence.

Selon le décret signé par Vladimir Poutine, mardi 11 septembre, la communication d’informations sur les activités des entreprises et organisations considérées comme stratégiques est maintenant soumise à l’accord préalable du pouvoir exécutif lorsque celles-ci sont « exigées par des organisations internationales, des gouvernements, associations ou organismes étrangers, y compris les autorités de régulation ».

Le Kremlin protège ses entreprises stratégiques

La liste des entreprises et organisations stratégiques a été établie dans un décret présidentiel de 2004. Outre les grandes compagnies pétrolières et gazières comme Gazprom et Rosneft, la liste inclut également des instituts de recherche en aviation et des entreprises agricoles.

Le décret soumet donc à l’approbation des autorités la modification d’accords passés par ces entreprises avec des partenaires à l’étranger et tous autres documents concernant leur politique commerciale à l’international.

Il implique également l’aval de l’État russe pour toute cession de parts détenues par ces entreprises dans des sociétés étrangères, de droits dans des activités commerciales à l’étranger ou de biens immobiliers à l’étranger.

Le pouvoir russe refusera d’avaliser de telles mesures si elles sont « de nature à porter préjudice aux intérêts économiques de la Fédération de Russie », ajoute le décret.

Le décret, qui est entré en vigueur dès sa publication sur le site du Kremlin mardi après midi, indique que les agences responsables d’accorder les autorisations seront nommées dans un délai d’un mois.

Le cas Gazprom en ligne de mire

Avec cette décision, le Kremlin fait monter les enchères dans le bras de fer qui oppose Gazprom et les autorités européennes. La semaine dernière, la Commission européenne avait annoncé avoir ouvert une enquête à l’encontre de Gazprom, qu’elle soupçonne d’entrave à la concurrence et de manipulation des prix du gaz dans plusieurs pays d’Europe centrale et orientale.

Le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, a clairement fait le lien entre la procédure engagée contre le groupe gazier par la Commission européenne et la décision présidentielle.

« Comme l’indique le décret, Gazprom ne fournira désormais d’informations sur ses activités, ou de réductions de prix, qu’après accord préalable avec les autorités compétentes », a déclaré Kouprianov lors d’une conférence de presse convoquée à la hâte mardi après-midi.

Gazprom accuse l’exécutif européen de chercher à faire pression sur la compagnie gazière avec cette enquête pour obtenir des réductions tarifaires. « Cela peut être considéré comme un moyen pour la Commission européenne de subventionner les pays d’Europe aux dépens de Gazprom. Il s’agit d’une tentative de résoudre les problèmes économiques de l’Union européenne au détriment de la Russie », a ainsi précisé le porte-parole de l’entreprise russe.

Le géant gazier a également fait part de son intention de réviser sa stratégie d’exportation en se tournant davantage vers la région Asie-Pacifique.

One thought on “Poutine place les entreprises stratégiques sous sa protection
  1. PASCAL RENDU

    UN PRESIDENT QUI DEFEND SES ENTREPRISES STRATEGIQUES C’EST QUAND MEME MIEUX QU’EN FRANCE OU L’ETAT TUE SES ENTREPRENEURS PAR LA FISCALITE DEPUIS BIEN LONGTEMPS ET NON PAS SEULEMENT DEPUIS LE PRESIDENT HOLLANDE.PASCAL RENDU

Laisser un commentaire